Une ancienne résidente de Granby à l’honneur dans un nouveau balado

Photo de Abdennour Edjekouane
Par Abdennour Edjekouane
Une ancienne résidente de Granby à l’honneur dans un nouveau balado
Maureen Roberge (à droite) et sa grand-maman. (Photo : Graieuseté.)

CULTURE. Peut-être avez-vous déjà croisé la route de cette femme marquante. Mary-Annie Lockman, alias Mme Roberge, qui a habité Granby durant la majeure partie de sa vie. La matriarche, qui a été présidente du Cercle des fermières pendant plusieurs années, a terminé ses jours dans la résidence Le Riverain à l’âge de ses 96 ans.

« Comment rencontrer quelqu’un d’absent?  », voici la question que s’est posée Maureen Roberge en se lançant dans un balado visant à retracer la vie de sa grand-mère. Pour réaliser cette quête identitaire, cette dernière a sondé les souvenirs des différents enfants et petits-enfants, mais a aussi parcouru les mémoires écrites par sa grand-mère. «  On m’a dit toute ma vie que j’étais celle des nombreux petits-enfants qui ressemblait le plus à grand-maman Roberge. En lisant ses mémoires, j’ai découvert qu’en plus de nous ressembler physiquement, nous partagions l’envie d’écrire. Par contre, j’avais l’impression qu’il me manquait des clés pour comprendre sa personnalité, sa vie  », a mentionné Maureen Roberge, petite fille de Mme Roberge et instigatrice du projet.

Pour retracer l’histoire de sa grand-mère, Maureen a décidé d’explorer de nombreuses facettes de la vie de la femme aux allures mystérieuses. Ainsi, les différents épisodes du balado racontent l’histoire de Mme Roberge à travers le prisme de la «  grand-mère  », la «  mère  », la «  femme  » et la «  fille  » qui sont chacune témoins d’un Québec en constante évolution à travers les générations. «  La transmission et le legs intergénérationnels me fascinent. Il y a quelque chose d’assez universel dans l’amour filial et la figure mythique des aînés, qui ont connu une époque qui ne nous sera jamais accessible  », a expliqué Maureen Roberge.

Pas besoin d’être de la famille Roberge pour apprécier ce balado nous présentant une femme qui a fasciné l’ensemble de son entourage et de sa communauté. Le récit oscille entre le documentaire, théâtre et poétique pour nous dévoiler petit à petit la figure derrière la statue. Le tout est parfaitement harmonisé par une musique et une ambiance sonore touchante signées Antoine Doré-Belley.

Maureen Roberge est une comédienne diplômée du Conservatoire d’art dramatique de Québec. Artiste audio, autrice et traductrice, elle explore les thèmes de la sororité et de la filiation à travers son travail créatif. En plus de Rencontrer ma grand-mère dont elle signe la réalisation en solo, l’artiste a également coréalisé le balado poétique La douceur n’est jamais loin avec Clara Lagacé.

Au moment d’écrire ces lignes, trois épisodes de Rencontrer ma grand-mère sont disponibles à l’écoute sur les différentes plateformes habituelles.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires