Voter dans une résidence pour aînés pour faire entendre sa voix

Katrine Desautels, La Presse Canadienne
Voter dans une résidence pour aînés pour faire entendre sa voix

MONTRÉAL — La plupart des électeurs font la queue dans le bureau de vote de leur circonscription, que ce soit le jour du scrutin ou par anticipation. Mais des aînés se prévalent également de leur droit en votant de leur chambre ou dans une aire commune de leur établissement. 

C’est un modèle qui pourrait être de plus en plus fréquent chez les électeurs en raison du vieillissement de la population et parce que cette façon de voter facilite le processus pour les aînés. Au Québec, le groupe des 65 ans et plus représentera 2,7 millions de personnes en 2066, ce qui fera passer la proportion des aînés de 20 % à 27 %, indique l’Institut de la statistique du Québec. 

Selon le dernier recensement de Statistique Canada, la population âgée de 85 ans et plus est le groupe qui connaît la croissance la plus rapide avec une augmentation de 12 % par rapport à 2016. C’est donc dire que la proportion des personnes âgées parmi l’électorat est appelée à croître. 

Cette année lors du vote par anticipation, 1120 bureaux de vote ont été aménagés par Élection Québec dans des résidences privées pour aînés (RPA) et des centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD). 

Diane Girard, qui habite le CHSLD Armand-Lavergne, à Montréal, depuis environ six ans, fait partie des aînés pour qui il est important de continuer d’aller voter. Elle était d’ailleurs la première dans la file d’attente de sa résidence pour inscrire son choix sur le bulletin de vote et aller le placer dans l’urne. 

«Même si ce sont des personnes âgées, elles ont le droit de vivre comme une autre personne. C’est pareil pour une personne malade, elle a le droit d’avoir une vie normale comme tout le monde», soutient la femme de 74 ans qui est très impliquée dans son comité de résidants. 

Mme Girard indique qu’elle a voté pour la première fois à l’âge de 21 ans, ce qui nous amène en 1970 pour les élections provinciales. Le Parti libéral du Québec, alors dirigé par Robert Bourassa, avait formé un gouvernement majoritaire. M. Bourassa était par ailleurs devenu le plus jeune premier ministre de l’histoire du Québec à l’âge de 36 ans. 

«J’ai toujours voté parce que c’est nécessaire. Mon père disait chez nous que c’est important de voter pour dire que quelqu’un entre (au pouvoir)», relate Mme Girard.  

La septuagénaire raconte qu’environ une semaine avant le jour du vote, les résidants ont reçu un papier leur demandant s’ils souhaitent voter par anticipation dans une salle du CHSLD. Le personnel a ensuite dressé une liste des gens qui avaient l’intention de voter afin de coordonner le tout. 

Mme Girard assure que tout s’est bien déroulé lundi dernier lors du vote par anticipation dans sa résidence. Elle a apprécié que la distanciation physique soit respectée entre les gens. «J’étais contente d’aller voter. (…) C’était simple, ils nous prenaient personne par personne. On attendait dans le passage et une personne à la fois entrait.»

Poids électoral 

Même si les résidants ne votent pas au bureau de vote formel de leur circonscription, les règles sont les mêmes. Les résidants doivent notamment présenter au personnel des élections une pièce d’identité valide. 

Ceux qui ne sont pas capables de voter seuls, par exemple en raison de limitations physiques, peuvent être accompagnés. Cette personne peut être un membre du personnel ou de la famille, mais elle doit seulement guider le résidant et ne peut pas le conseiller. 

Mme Girard donne l’exemple de sa voisine qui est paralysée d’un côté du corps. Il est difficile pour cette dernière de se déplacer, alors un employé l’a escortée. Elle lui aurait dit pour qui son choix s’était arrêté afin qu’il l’inscrive sur le bulletin de vote, puis il l’a ensuite ramenée à sa chambre.

Pour l’instant, le poids électoral des aînés qui votent ainsi est peu élevé. En 2014, quelque 67 700 aînés ont voté en RPA ou CHSLD, représentant 1,58 % des votes. En 2018, ils étaient 71 719 à voter dans leur milieu de vie, soit 1,75 % du total des électeurs qui ont exercé leur droit de vote. 

Si une personne ne peut se déplacer jusqu’à l’aire commune de sa résidence, elle peut demander à Élection Québec de voter de sa chambre ou son appartement. En date du 21 septembre, près de 1500 demandes de vote à la chambre ou à l’appartement ont été acceptées, et 3718 demandes pour voter à domicile. 

Élection Québec nuance les données en indiquant que les résidants des RPA et CHSLD peuvent faire des «demandes spontanées» pour voter à leur chambre ou à leur appartement s’ils sont incapables de se déplacer là où les bureaux de vote sont installés. Le nombre réel de votes à la chambre ou à l’appartement est donc plus élevé que le nombre d’inscriptions actuel.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires