CH: Le gardien Jake Allen est content des succès de Samuel Montembeault

Alexis Bélanger-Champagne, La Presse Canadienne
CH: Le gardien Jake Allen est content des succès de Samuel Montembeault

BROSSARD, Qc — L’histoire du sport est remplie d’exemples où un joueur a profité d’une ouverture quand un coéquipier s’est blessé pour lui ravir le rôle de partant. C’est peut-être ce qu’a réussi Samuel Montembeault au cours des dernières semaines, mais ce n’est pas ça qui va déranger le vétéran Jake Allen.

Le Canadien de Montréal a rétrogradé le gardien Cayden Primeau au Rocket de Laval, mercredi, en plus de rendre Allen disponible aux médias. Il s’agit de deux signes que le Néo-Brunswickois âgé de 32 ans est de nouveau en santé, même s’il n’était pas en mesure de confirmer s’il allait affronter les tirs des Red Wings de Detroit, jeudi soir au Centre Bell.

Dans d’autres circonstances, il aurait été naturel pour Allen de retrouver rapidement son filet après avoir guéri une blessure au haut du corps qui l’a envoyé sur la touche le 9 janvier. Mais en son absence, Montembeault a maintenu un taux d’efficacité de ,930 et a alloué 20 buts en huit sorties. Le Canadien a compilé un dossier de 4-4-0 pendant cette période.

«Je n’ai aucune attente, a dit Allen, mercredi. Sam fait ses choses et je fais les miennes. Quand j’aurai mon tour devant le filet, et je ne sais pas quand cela arrivera, je tenterai d’être moi-même. 

«Je souhaite que Sam poursuive sur sa lancée parce que c’est ce qui est le mieux pour l’équipe», a-t-il poursuivi. 

L’entraîneur-chef Martin St-Louis n’a pas rencontré les médias mercredi. Le suspense concernant l’identité du gardien partant du Canadien face aux Red Wings a donc été prolongé de 24 heures.

Le Canadien jouera ensuite deux matchs contre les Sénateurs d’Ottawa avant son long congé de la pause du match des étoiles.

Allen a avoué qu’il espérait obtenir au moins un départ avant le congé. Pour le reste, il insiste pour dire qu’il fait partie des partisans de Montembeault.

«On parle souvent de compétition interne, que les gars vont se pousser les uns les autres. Je pense plutôt que c’est de mettre l’accent sur ce qui est le mieux pour l’équipe, a dit Allen. Oui, nous sommes de fiers compétiteurs sur la glace. Mais pour un gardien, vous voulez être la meilleure version de vous-mêmes, être le plus utile possible à l’équipe. 

«Je sais qu’il y a des gardiens qui voient ça de la mauvaise manière et qui vont être fâchés des succès d’un autre. Mais je suis super content pour Sam. Il fait de très bonnes choses pour le groupe. Les gars travaillent fort devant lui depuis quelques matchs malgré les nombreuses blessures. Il leur donne confiance», a renchéri Allen.

Allen fait partie de la catégorie de gardiens qui a eu besoin de temps pour s’établir dans la LNH. Il a disputé quatre saisons dans la Ligue américaine de hockey pour peaufiner son jeu, puis a gagné le poste de gardien partant des Blues de St. Louis à l’âge de 24 ans.

Il l’a ensuite perdu au profit de Jordan Binnington, qui a roulé sa bosse dans les rangs mineurs pendant cinq saisons avant de guider les Blues vers la conquête de la coupe Stanley à l’âge de 25 ans.

Aux yeux d’Allen, il n’y a donc rien d’anormal de voir Montembeault connaître ses meilleurs moments dans la LNH à l’âge de 26 ans.

«Il n’y a pas beaucoup de gardiens comme Carey Price ou Andrei Vasilevskiy, qui sont surdoués. Les autres doivent gagner en expérience et en confiance et finir par comprendre ce qui va fonctionner pour eux», a mentionné Allen.

À ce chapitre, Allen a souligné que Montembeault semblait plus patient sur ses patins.

Il a aussi affirmé qu’il avait rapidement remarqué les qualités athlétiques du natif de Bécancour quand le Canadien l’avait obtenu des Panthers de la Floride par l’entremise du ballottage en octobre 2021.

Allen est encore sous contrat pour deux autres saisons avec le Canadien. Il est plus réaliste qu’il partage le filet de manière presque égale avec Montembeault au fil des prochaines campagnes, plutôt que de se retrouver carrément dans la chaise du numéro 1 ou 2, puisque c’est la tendance générale à travers la LNH.

Il est aussi conscient que Primeau aura éventuellement aussi sa chance avec le grand club, même si les blessures et les contre-performances commencent à s’accumuler dans son cas.

Primeau, âgé de 23 ans, a disputé une période avec le Bleu-blanc-rouge cette saison — le 19 janvier,  il a concédé un but sur sept tirs dans un revers de 6-2 contre les Panthers de la Floride au Centre Bell. 

Dans la Ligue américaine, il a une fiche de 4-6-3 en 13 matchs avec le Rocket, avec une moyenne de buts alloués de 3,65 et un taux d’arrêt de ,890.

Malgré tout, Allen a aussi vanté les qualités de Primeau.

«Je crois que techniquement et physiquement, il a de meilleures aptitudes que moi! C’est une question d’expérience et de développer ses habiletés dans son jeu, et ça prend du temps», a rappelé Allen. 

«Avec Sam qui joue bien, si la situation ne change pas, ils pourraient constituer le duo de l’avenir», a-t-il ajouté.

En attendant, Allen va profiter de chaque départ avec le Canadien, lui qui a admis trouver le temps long chaque fois qu’il s’est retrouvé à l’infirmerie au cours des deux dernières années.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires