Le contrat de Lisa LaFlamme avec CTV News est résilié par Bell Media

La Presse Canadienne
Le contrat de Lisa LaFlamme avec CTV News est résilié par Bell Media

TORONTO — La cheffe d’antenne chevronnée Lisa LaFlamme dit avoir été «prise au dépourvu» lorsque Bell Media a mis fin à son contrat avec CTV National News après 35 ans. 

La journaliste chevronnée a bravé les obstacles en tant que présentatrice aux cheveux argentés du journal télévisé national le plus regardé du pays, mais des témoins disent que son temps à CTV a pris fin sans cérémonie lundi, lorsque le réseau a annoncé son départ et son remplacement.

Sans approbation officielle, la direction de Bell Media a publié lundi un communiqué de presse indiquant que Mme LaFlamme avait été démise de ses fonctions à CTV National News dans le cadre d’une décision fondée sur «l’évolution des habitudes des téléspectateurs».

Ce que CTV n’a pas expliqué, c’est comment il a l’intention de faire évoluer la diffusion avec son remplaçant récemment annoncé, Omar Sachedina, qui sera à la barre des nouvelles à partir du 5 septembre. M. Sachedina, qui a rejoint le réseau en 2009, est le correspondant aux affaires nationales de CTV News.

Les responsables ont refusé de commenter en dehors de dire: «nous ne souhaitons rien d’autre à Lisa que le meilleur alors qu’elle commence un nouveau chapitre.»

Lisa LaFlamme a révélé la décision de Bell Media dans une vidéo sur les réseaux sociaux, disant être encore sous le choc et triste à l’égard de cette annonce qui lui a été faite en juin, mais dont elle ne pouvait pas parler avant aujourd’hui.

Sexisme et âgisme

Le manque de clarté stratégique de la décision de l’entreprise de mettre fin à son contrat n’a fait qu’attirer davantage l’attention sur Mme LaFlamme. Cela a également soulevé des questions quant à savoir si elle n’est pas une autre femme sur la liste des innombrables personnes qui ont été confrontées au sexisme et à l’âgisme dans le secteur de l’information télévisée.

«Ce fut un succès rapide – et ce fut un succès», a déclaré Jeffrey Dvorkin, ancien directeur du programme de journalisme de l’Université de Toronto.

«Cela donne une mauvaise image de l’entreprise à court terme, mais à long terme, ils pourraient s’en sortir mieux, comme s’ils étaient tous des génies et avaient pris la bonne décision», poursuit-il. 

En attendant, CTV fait face à des questions sur l’intention derrière le renvoi de sa meilleure présentatrice de nouvelles. 

Dans une vidéo sur les réseaux sociaux, Lisa LaFlamme a remercié les téléspectateurs et ses collègues pour leur «soutien indéfectible» tout en reconnaissant qu’il s’agissait probablement de son départ officiel de CTV.

Dans une déclaration écrite, elle souligne ses «35 ans de service — de journalisme — de travail auquel j’ai consacré ma vie», qui sont maintenant terminés. «À 58 ans, je pensais avoir plus de temps pour vous rapporter les événements qui ont un impact sur notre vie, comme je le fais depuis des décennies», dit-elle. 

«C’est avec humilité que je laisse derrière moi les gens qui m’ont fait confiance pour raconter leurs histoires», poursuit-elle. 

La sortie de Mme LaFlamme a suscité une réaction immédiate sur les réseaux sociaux de la part d’amis, de téléspectateurs et de collègues.

Ian Hanomansing, l’un des présentateurs de l’émission de nouvelle de nuit concurrente, CBC The National, a déclaré qu’il était «à court de mots».

«Lisa est parmi les meilleures dans ce qu’elle fait. Je sais que des décisions étonnamment arbitraires peuvent être prises dans ce métier, mais Lisa, tu mérites mieux que ça. Bien mieux», a-t-il publié sur Twitter.

Lisa LaFlamme a assumé le rôle de première présentatrice de nouvelles de CTV en 2011 lorsque Lloyd Robertson a pris sa retraite à 77 ans après plus de quatre décennies en tant que présentateur de nouvelles nationales.

Elle a immédiatement fait forte impression avec sa présence à l’écran après chaque émission de soirée, les mieux cotées du réseau CTV.

Au fil des ans, elle a reçu de nombreuses distinctions, elle a été nommée à l’Ordre du Canada en 2019 et a remporté plus tôt cette année le prix du meilleur présentateur de nouvelles aux Prix Écrans Canadiens.

Double standard

Pendant la pandémie, comme beaucoup d’autres femmes, elle a décidé d’embrasser ses cheveux gris, ce qui a suscité des articles d’opinion qui ont largement célébré son geste, mais ont également reconnu qu’elle luttait contre un double standard.

«Quand Lisa a fait le choix de conserver ses beaux cheveux blancs et gris, j’ai pensé (que cela allait la) marquer», a déclaré Angela Misri, professeure adjointe à l’Université métropolitaine de Toronto, ancienne journaliste de CBC et au Walrus.

«Cela marque souvent les femmes d’un certain âge et d’un certain look. Et je m’inquiétais pour elle dans ce cas. Mais j’ai aussi été encouragée de voir une femme exprimer son âge réel à l’écran et occuper toujours l’un des postes les plus élevés», a mentionné Mme Misri. 

«Je pense que nous avons besoin de plus de personnes comme elle à l’antenne», a-t-elle ajouté. 

Les enjeux sont importants pour le bulletin d’information de nuit de CTV, qui bat constamment ses concurrents dans les cotes d’écoute, mais qui a également du mal à devenir la source définitive sur les nouvelles plateformes médiatiques. L’industrie canadienne de la télévision traditionnelle est au milieu d’une expérimentation généralisée et de changements importants qui ont accru l’importance de développer des auditoires sur les plateformes numériques, y compris YouTube et TikTok.

En juin, le radiodiffuseur public CBC a annoncé son intention de bouleverser son journal télévisé The National en plaçant la journaliste Adrienne Arsenault au poste de présentatrice principale avant de lancer une chaîne de diffusion en direct gratuite 24 heures sur 24 cet automne.

CTV, propriété d’un géant des télécommunications qui a lutté pendant des années contre un abandon inévitable de la télévision traditionnelle, pourrait ressentir des pressions similaires pour attirer les auditoires numériques avec une couverture médiatique.

En 2020, un partenariat commercial avec Quibi pour produire de petits segments d’actualités a échoué lorsque la société américaine de streaming, qui vaut un milliard de dollars, a fermé ses portes.

Jeffrey Dvorkin estime que les dirigeants auraient pu chercher un nouveau visage pour diriger le réseau dans un paysage médiatique de plus en plus numérique.

«La démographie du journalisme a tellement changé en peu de temps et la quête d’un nouveau public plus diversifié et plus jeune est constante», a mentionné l’ancien directeur du programme de journalisme de l’Université de Toronto.

Il s’attend à voir une baisse de l’audience après le départ de Mme LaFlamme, mais cela devrait rebondir à mesure que M. Sachedina s’installe dans son nouveau rôle. Il souligne que bien que le changement soit difficile, il est possible et le public s’habituera à celui-ci.  

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires